webPulaaku
Ethnologie/Anthropologie


Figures fulɓe
sous la direction de
Roger Botte, Jean Boutrais, Jean Schmitz

Paris. Karthala. 1999. 534 p.

Figures peules

Table des matières

Préface

  1. Roger Botte. Un Pullo peut en cacher un autre
  2. Jean Schmitz. Joutes de langue et figures de style
  3. Jean Boutrais. Gens du pouvoir, gens du bétail

I. — L'invention des Fulɓe

II. — De la servitude à la liberté

III. — Apprivoiser l'espace

IV. — Jeux de mots

V. — Pasteurs et politique

VI. — Enjeux contemporains

Bibliographie
Table des illustrations

Les auteurs

Ursula Baumgardt — INALCO, Paris Philippe Bernardet — CNRS, Paris
Thomas Bierschenk — Université Johannes Gutenberg, Mayence Elisabeth Boesen — Université de Bayreuth
Gilles Boëtsch — CNRS, Montpellier Pierre Bonte — CNRS, Paris
Roger Botte — CNRS, Paris Jean Boutrais — IRD, Paris
Patrick d'Aquino — Cirad-Sar, Dakar Mirjam de Bruijn — Centre d'études africaines, Leyde
Youssouf Diallo — Université de Bielefeld Saïdou Dicko — Sahel-Action, Dakar
Christian Dupuy — Lapnio, Aix-en-Provence Sylvie Fanchette, IRD, Dakar
Jean-Noël Ferrié — Cedej, Le Caire Ketil Fred Hansen — Université d'Oslo
Pascal Legrosse — Paris Aliou Mohamadou — INALCO, Paris
Saïbou Nassourou — Université de Yaoundé-I Abdarahmane N'Gaide — IRD, Dakar
Anne-Marie Pillet-Schwartz — CNRS, Paris Gérard Romier — Paris
Han van Dijk — Centre d'études africaines, Leyde

Depuis maintenant dix ans, le GREFUL (Groupe d'études comparatives des sociétés peules) anime un séminaire de recherches interdisciplinaires et comparatives consacré au monde peul. Ce lieu de rencontre a rassemblé chercheurs et doctorants, représentant différentes disciplines des sciences sociales et relevant de diverses institutions françaises et étrangères. L'audience internationale du séminaire, en réunissant chercheurs africains et européens, a permis, à partir de nombreux terrains, d'initier une réflexion neuve et contradictoire sur des questions fortes qui sont parfois l'objet de controverses. La grande diversité de sociétés se réclamant d'une même identité et partageant souvent la même langue caractérise ces Figures peules. La variété des problèmes traités tient à l'extrême dispersion des Peuls, de l'Atlantique au Nil, à des héritages historiques et à des systèmes politiques très différenciés, ainsi qu'aux réponses singulières apportées aux défis contemporains. Ces Figures peules sont déclinées comme autant de variations entre égalitarisme pastoral et centralisation étatique, Pulaaku et Islam, servitude et liberté… L'ouvrage est au cœur des débats sur l'origine égyptienne des Peuls, leur référence à l'arabité, l'affirmation d'un invariant culturel et le recours à la figure fantasmée du “pasteur”. Il pose l'esclavage comme une question centrale, en montrant que l'émancipation réelle passe par la compétition pour la possession du bétail ou par l'accès aux revenus issus de l'émigration. Il souligne la mobilité nouvelle de pasteurs sahéliens vers des régions de savanes, comme le paradoxe entre la détention d'un capital-cheptel considérable et la faible implication dans le commerce du bétail.