webPulaaku


Amadou Hampâté Bâ et Germaine Dieterlen
Koumen. Texte initiatique des Pasteurs Fulɓe.

Cahiers de l'Homme. École Pratique des Hautes Études, VIe section. Mouton et Cie. Paris, 1961, 95 pages.


      Table des matieres      

Troisième Clairière

[1] Celui qui parle est le gardien, invisible et présent de la deuxième clairière.

[2] L'invocation signifierait : « Sois repoussé, toi qui (nous) étouffe : sois bousculé, toi qui (nous) comprime ; retourne aux confins (ou à l'infini) et sois sans valeur. » Elle s'adresse à tout agent du mal, qui œuvre dans l'ombre.

[3] Le dernier œuf d'une couvée d'autruche sert à confectionner des charmes destinés à conserver dans une famille la force temporelle, la fortune et la gloire. Il faut qu'il n'ait pas éclos : on le travaille sans le vider. Mais il faut qu'il n'y en ait qu'un seul.
Il y a une relation entre l'œuf d'autruche et l'hexagramme, faddunde ndaw (de faddaade, protéger, et ndaw, autruche), « ce dont l'autruche se sert pour protéger (sa ponte) ». Lorsqu'une troupe d'hommes ou un troupeau de bœufs s'arrête, le chef du convoi dessine, à cheval ou à pied, un hexagramme sur le sol et l'on campe au milieu. L'autruche est censée agir de même : elle danse en traçant un large hexagramme sur le sol avant de pondre. Cette figure représente l'univers, ses directions cardinales, le zénith et le nadir, le temps et ses divisions (sept jours pour la semaine, douze mois pour l'année).

« Salut au Maître qui rentre. Salut à celui qui allume pour éclairer et qui connaît le sens caché des robes des vaches. Salut à Kumen ; salut à celui qui accompagne Kumen, s'il sait se plier à la discipline.
Le serpent est-il subjugué ? La grenouille est-elle domptée ? C'est ici la deuxième clairière et nous sommes ses gardiens.
Sile ! les formes sont multiples et les formules variées. Les périssables dans les obscurités et les durables dans le « fleuve de vie » (maayo guurndam). Si tu es berger, passe. Si tu es guerrier, qui défends-tu ? »

[2] Kumen reprit : « Sile est berger chanteur. Il veut être connaisseur. Il n'exposera sa poitrine velue que pour défendre la vache, la femme et l'orphelin. Son cœur est pur, ses mains sont propres. Il a appris par cœur les formules : tukusum! mukusum! y a fuufay! »
Les esprits qui parlaient à Kumen reprirent : « Sile ! va dans la vallée, va vers Foroforondu. Sois muet et que rien ne décolle ta langue de ton palais, avant l'apparition du premier soleil.
Enthousiastes, nous sommes des esprits nourris de lait, au corps oint de beurre. Nous demeurons dans la troisième clairière.
Salut à Kumen ; salut à celui qui accompagne Kumen, s'il sait se plier à la discipline. »

[3] Kumen : « Je suis Kumen à la barbe vénérable. je suis armé de paroles onctueuses pour les esprits fins et les âmes délicates. Je suis armé d'un gourdin pour les âmes épaisses et les cœurs opaques. Je suis porteur, contre les brutes, d'un instrument tranchant, d'une poudre magique qui brûle sur du feu. J'envoûte au moyen d'un œuf d'autruche, dernier d'une couvée qui a refusé d'éclore. Je parle aux animaux. Les racines des plantes me livrent leurs secrets. Le bruissement des sources, le remuement des feuillages dans les branches, les traits d'une étoile filante, tous me confient leurs secrets. Et la tourterelle qui roucoule, j'entends ce qu'elle dit. Et le bœuf qui beugle, je connais son verbe et je ne méprise pas son avertissement clairvoyant. Ce sont les yeux qui regardent, mais c'est l'esprit qui voit.
Je mène Sile vers le fleuve de vie où il pêchera une ambre magnifique destinée aux âmes non souillées : femmes chastes et hommes qui défendent les biens légitimes, salut… »
Les esprits : « Sile violera-t-il les coutumes ? A-t-il goûté les sons de la flûte à sept trous ? A-t-il apprécié les coassements de la grenouille des grâces ? »
Kumen : « Sile est poète, sa parole sera chantante. Il répandra ce qu'il faut répandre. Il créera des chemins. Il découvrira des pâturages. Il se libérera de ses ennemis au regard hautain et à la langue méchante. Il me suit vers les cimes. Il ne rit pas de ma taille. Il abordera Foroforondu. Il sera exaucé. »