webPulaaku


Amadou Hampâté Bâ et Germaine Dieterlen
Koumen. Texte initiatique des Pasteurs Fulɓe.

Cahiers de l'Homme. École Pratique des Hautes Études, VIe section. Mouton et Cie. Paris, 1961, 95 pages.


Table des matières

Introduction

Conclusion
Glossaire
Bibliographie

Koumen. Texte initiatique des pasterus peuls
La force du Pullo est dans le bovidé.
Le jour où il n'en aura plus, ce sera la détresse.

Revue
La collaboration de l'érudit pullo Amadou Hampâté Bâ et de Mme Dieterlen, dont on sait la connaissance profonde des religions et des mythes soudanais, a doté la littérature ethnographique d'un chef d'œuvre. Ce texte initiatique transmis par le maître Arɗo Dembo, de Ndilla, campement du Ferlo (Sénégal), est une sorte de Pilgrim's Progress. Il retrace la marche du pasteur Sile Saajo à travers les douze clairières de la connaissance, guidé par le nain à barbe d'ancêtre, Kumen, auxiliaire du serpent mythique Caanaba ou Tyanaba, et sa femme Foroforondu. Une succession d'épreuves l'attendent qui sont autant d'initiations à la structure du monde et à la lutte sur soi-même. Les quatre premières clairières correspondent aux quatre éléments ; puis viennent l'épreuve du courage, les clairières des sept soleils, le contact avec le bovidé mythique hermaphrodite et le dénouement des vingt-huit nœuds, achèvement de la connaissance. Laissé seul, avec les emblèmes du pastorat, il aura à vaincre le lion magique pour retourner au pays des hommes.
La poésie saisissante de ce récit évoque les plus belles pages de la Bible, et il a fallu des traducteurs remarquables pour nous la conserver aussi fraîche. Texte très dense sous son allure aisée, presque dansante ; il n'est pas une phrase, presque pas un mot, qui ne soit riche de symboles. Ces symboles nous sont expliqués par des notes abondantes, placées en regard du texte, et par une introduction qui nous initie très clairement à la vie spirituelle des Fulɓe et à ses supports matériels : famille, troupeaux, marques du bétail, lait, végétaux, autels, bâtons, cordes à bétail, fouet à lait. Sont ensuite exposés les degrés de l'initiation, le rôle du silatigi (initié complet, prêtre de la communauté), le mythe du serpent Caanaba sortant de l'Océan à l'embouchure du Sénégal et parcourant tous les pays des Fulɓe occidentaux avant de disparaître dans le lac Faguibine.
La conclusion et les photos jointes montrent comment ce mythe du serpent, les robes des bovidés, les soleils et les clairières expliquent certaines peintures relevées par H. Lhote au Sahara. Sa « période bovidienne » nous présente les ancêtres des Fulɓe. Il l'avait pressenti, nos auteurs le prouvent. La continuité de civilisation et de croyances au cours de ces cinq millénaires apparaît frappante. A peine si le zébu a remplacé le bœuf à longues cornes et si le roi Salomon a été incorporé aux mythes. Nous plongeons, avec « Koumen », dans un passé africain dont l'antiquité et la profondeur ésotérique s'épanouissent dans un milieu naturel et charmant ; une belle réalisation humaine.
Hubert Deschamps